Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2005

Election presidentielle au Chili

Le 11 décembre prochain, les chiliens se retrouveront aux urnes pour l’élection d’un nouveau président, de 120 députés et 20 sénateurs . Au Chili, les votes tournent autour des trois pôles du spectre politique : la droite, le centre et la gauche. Pour chacun de ces pôles, il y a une coalition de partis. À gauche, il y a « le Pacte ensemble nous pouvons » (Pacto juntos podemos); au centre gauche nous retrouvons « la Coalition des parties pour la démocratie » (Concertación de Partidos por la Democracia) et à droite, il y a « l’Alliance pour le Chili » (Alianza por Chile). Chacune de ces coalitions est composées de divers partis qui peuvent présenter des candidats à la présidence de façon indépendante.

Il y a présentement quatre candidats dans la course. La favorite selon les sondages, Mme Michelle Bachelet, se présente pour « la Coalition des partis pour la démocratie ». C’est d’ailleurs ce parti qui est au pouvoir depuis la fin de la dictature du général Augusto Pinochet en 1990. Mme Bachelet est présentement en position de force dans les sondages pour plusieurs raisons. D’abord, elle fait partie de ceux que l’on appelle les « Anti-Pinochet » et rejoint une bonne part de la population par cette position. Ensuite, lors du 30e anniversaire du coup d’État du général Pinochet, elle a bénéficié d’une grande visibilité médiatique en raison de son passé et de celui de son père. En effet, lors de la prise de pouvoir du général Pinochet, en 1973, le père de Mme Bachelet, qui était général dans l’aviation, a été enlevé, torturé et est mort des suites des mauvais traitements qu’il a subit. De plus, la mère de Mme Bachelet et elle-même furent contraintes de s’exiler peut après car elles furent également victimes de mauvais traitements .

En ce qui concerne la coalition de droite, « l’Alliance pour le Chili », il y a deux candidats en lice. Le premier est M. Sebastián Piñera, un riche homme d’affaire qui possède entre autre la compagnie aérienne chilienne LAN et siège au conseil d’administration de plusieurs autres grandes entreprises chiliennes. Il détient une maîtrise et un doctorat en économie de l’université Harvard.

Le second candidat est M. Joaquín Lavín qui a été élu maire de Las Condes à deux reprises et s’était présenté contre le président sortant, M. Ricardo Lagos, en 1999. Il détient un diplôme en économie à l’université de Chicago et il faisait également parti du comité d’expert qui a transformé l’économie du Chili sous le Général Pinochet.

En ce qui concerne le parti d’extrême gauche, « le Pacte ensemble nous pouvons », il n’y a qu’un seul candidat. Il s’agit de M. Tomas Hirsh qui, lors des présidentielles de 1999, a remporté 0,5% des suffrages. Il est l’un des fondateurs du parti Humaniste qui fut le premier parti, en 1987, à être légalisé sous la dictature. Ensuite, il fut ambassadeur du Chili en Nouvelle-Zelande de 1990 à 1992 et, finalement, cofondateur de « la Coalition des parties pour la démocratie » qui est au pouvoir depuis 1990.

Le système électoral chilien prévoit deux tours de scrutin pour l’élection du président. Cependant, il est possible d’accéder à la présidence au premier tour en récoltant 50% plus un vote au premier tour. Avant l’arrivée de M. Piñera dans la course, les sondages indiquaient que Mme Bachelet pourrait l’emporter au premier tour. Les sondages favorisent toujours celle-ci mais, selon les mêmes sondages, elle devra attendre le deuxième tour avant de l’emporter .

L’enjeu principal de cette élection, qui est également l’élément qui pourrait en faire un moment historique, est le fait que la candidate vedette soit une femme, monoparentale et favorable au divorce. Ce serait la première femme à accéder à ce poste au Chili. Traditionnellement, la société chilienne est relativement conservatrice. Pour en témoigner, le droit au divorce fut finalement accepté en 2003 au terme de neuf ans de négociations. Cela fait du Chili le dernier pays d’Amérique et l’un des derniers au monde à adopter une telle législation. Cet événement a également soulevé de grands débats populaires et demeure un sujet très sensible.

Une réflexion de
Antoine Noël-Choquette,
analyste en formation
en Études en politiques appliquées,
Département d'histoire et de sciences politiques,
Faculté des lettres et sciences humaines,
Université de Sherbrooke

Commentaires

Félicitations pour ce blog très intéressant.

Écrit par : ruevalparaiso | 08/12/2005

Les commentaires sont fermés.